J’ai compris qu’il y a des priorités dans la vie.
Que les gens que tu rencontres ne sont pas forcément tes amis. Que dans la vie on a pas toujours ce qu’on veut.
J’ai compris qu’on est rien sur terre, en une seconde tout peut s’écrouler, rien n’est jamais acquis.
J’ai compris qu’il ne fallait pas être prétentieux ni incapable.
Que certains sujets importants font réfléchir, jusqu’à atteindre l’endroit sensible qui parfois nous déchire.
Responsable je le suis et des choses j’en prends conscience.
Par cette cause je sais très bien à qui j’accorde ma confiance.
J’ai compris que faire du mal aux gens n’était pas bien.
Que les regrets ne sont plus utiles quand la mort te parvient.
Que chaque seconde nous est enlevée de notre crédit de vie.
J’ai compris que sans patience, courage et volonté, on n’arrive à rien.
Qu’il ne faut pas se fier à l’apparence ni à la grandeur.
Car j’ai compris que l’important c’est ce qu’il y a dans le cœur.

Kery James

Afin d’atteindre vos objectifs, il vous faut absolument croire que vous réussirez. Si non, vous ouvrez grand la porte sur la possibilité d’échec.
C’est une réalité primordiale !
Pensez-y, en quoi cela pourrait affecter votre activité et vos clients ?
Le rapport entre vous et votre clientèle est quelque chose qu’il faut élaborer et développer pour que vous puissiez réussir. En d’autres termes, vous devez d’abord croire en vous pour que vos clients, eux, aient confiance en votre service.
Vos croyances peuvent vous limiter.
Aidez votre client à comprendre que croire en soi, en son projet et ses idées est la première chose à faire. Cela facilite la mise en pratique des stratégies de réussite. Il est vrai que l’obstacle principal pour beaucoup est soi-même. Si on ne croit pas pouvoir faire alors dans la réalité des faits, on fait tout pour se saboter – même si on essaie de se leurrer en faisant semblant. Ca ne fonctionne pas !
Voici 4 symptômes fréquents qui démontrent que l’on doute de soi.
• Je ne l’ai jamais fait.
• J’ai déjà échoué.
• J’entends les autres dire que ce n’est pas raisonnable.
• Je ne sais pas comment faire.
Avant d’aller plus loin, il faut enrayer ces doutes négatifs. Voici 4 idées de solution :
• Construire avec soin un plan d’action, afin de réussir une étape à la fois. C’est ainsi que vous pouvez renforcer le niveau de confiance de votre client et de ce fait, lui permettre de réaliser les autres étapes jusqu’à son arrivée à l’objectif final.
• Faire le bilan avec votre client afin d’identifier ce qui n’a pas fonctionné les fois précédentes. Il faut analyser les domaines de faiblesses et puis créer des moyens de renverser ces faiblesses et donc les transformer en réussite. Il faut aussi et surtout analyser les situations de réussite, dans le but de pouvoir les reproduire et les maximiser.
• Il est impératif de s’entourer de gens positifs et motivants, qui sont prêts à vous soutenir. Evitez à tout prix les personnes négatives, qui n’ont rien dire à personne. Cela vous permettra d’éviter de devoir vous justifier à outrance.
• Pensez à acquérir les connaissances qui vous manquent. Une fois acquises, elles vous donneront l’énergie pour persévérer et les moyens pour vous développer. Les résultats seront là pour le prouver.
Sachez que ces quelques points ne représentent pas une solution conclusive à tous les problèmes de confiance en soi. C’est un sujet très vaste, cependant ces pistes peuvent vous aider à comprendre l’idée essentielle :
Qu’il vous faut croire en vous avant toute chose !
Quand il y a des zones d’ombres, il vous faut y faire face, les analyser et surtout agir pour les éliminer …. Autrement c’est tout simplement pratiquer la politique de l’autruche.
Alors faites face à la situation, identifiez les zones d’ombres et agissez !

Exercice 3. La barque qui tangue.

On compare souvent une relation à une embarcation, comme en témoigne l’expression « on est tous sur le même bateau  » parfois nous parlons même de la galère ! que faire lorsque le bateau menace de chavirer ?

Lisez la consigne suivante, puis répondez à la question posée.

Imaginez que vous êtes  avec une autre personne sur une petite barque, sur une rivière calme et claire. Tout d’un coup, la personne qui vous accompagne se penche de plus en plus d’un coté, commençant à déséquilibrer fortement l’embarcation…

Que faites vous alors?

Savez-vous ce que ferait un systémicien dans la même situation?

Il se pencherait du même côté que l’autre personne, mais un peu moins qu’elle, ce qui conduirait sûrement cette dernière à corriger d’elle-même son comportement et à ramener ainsi la situation vers un point d’équilibre et de sécurité. En systémie, nous parlons de comportements symétrique.

Votre solution ressemble à celle proposée par le systémicien ?

Quelles sont certaines des situations professionnels, familiales,sociales qui vous fait penser à cette métaphore de la barque et dans lesquelles cette façon systémique de vous y prendre pourrait vous être utile?

 

L’homme global

Des études scientifiques de plus en plus nombreuses montrent la corrélation entre foi et guérison et confirment les observations faites depuis la nuit des temps : l’animal pensant qu’est l’homme a un rapport différent à la vie, à la maladie, à la mort, selon l’état de confiance dans lequel il se trouve. De la confiance en soi, en son thérapeute, en la science, en Dieu, en passant par les chemins de l’effet placebo, découle une question capitale : croire aide-t-il à guérir ? Quelles sont les influences de l’esprit – à travers par exemple la prière ou la méditation – sur le processus de guérison ? Quelle importance peuvent aussi avoir les propres convictions du médecin dans sa relation de soin et d’aide au malade ? Ces questions importantes éclairent d’un jour nouveau les questions essentielles : qu’est-ce que la maladie ? Que signifie “guérir” ?

La guérison est toujours in fine une autoguérison : c’est le corps et l’esprit du malade qui produisent la guérison. C’est par la régénération cellulaire que le corps retrouve un équilibre qu’il avait perdu. Il est souvent utile, voire nécessaire, d’aider le corps malade par un acte thérapeutique et l’absorption de médicaments. Mais ceux-ci ne font qu’aider le processus d’autoguérison du patient. La dimension psychique, la foi, le moral, l’environnement relationnel, jouent aussi un rôle déterminant dans ce processus de guérison. C’est donc toute la personne qui est mobilisée pour guérir. L’équilibre du corps et de la psyché ne peut être rétabli sans un véritable engagement du malade à retrouver la santé, sans une confiance aux soins qu’on lui prodigue et éventuellement, pour certains, une confiance en la vie en général ou en une force supérieure bienveillante qui les aide. De même, parfois, une guérison, c’est-à-dire un retour à l’équilibre, ne peut se faire sans qu’il y ait aussi un changement dans l’environnement du malade : son rythme et son mode de vie, son alimentation, sa manière de respirer ou de traiter son corps, ses relations affectives, amicales professionnelles. Car bien des maladies sont le symptôme local d’un déséquilibre plus global de la vie du patient. Si celui-ci n’en prend pas conscience, il ira de maladies en maladies, ou souffrira de maladies chroniques, de dépression, etc.

Ce que les chemins de la guérison nous enseignent, c’est qu’on ne peut traiter un être humain comme une machine. On ne peut soigner une personne comme on répare un vélo, en changeant une roue voilée ou un pneu crevé. C’est la dimension sociale, affective et spirituelle de l’homme qui s’exprime dans la maladie et c’est cette dimension globale qu’il faut prendre en compte pour le soigner. Tant que nous n’aurons pas vraiment intégré cela, il y a des chances que la France reste encore longtemps championne du monde de la consommation d’anxiolytiques, d’antidépresseurs et du déficit de sa sécurité sociale.

source: www.analysetransactionnelle.fr

« le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux. »
Marcel proust.

L’approche systémique se distingue des autres approches par sa façon de comprendre les relations humaines. En effet, la personne n’est pas le seul élément analysé dans la démarche. L’intervenant accorde aussi une importance aux différents systèmes dont elle fait partie (familial, professionnel, social, etc.). Cette personne est influencée à la fois par ses intentions, celles des autres, et celles des possibilités du milieu et/ou du système.

 L’intervenant s’intéresse aux règles de vie, aux processus de rétroactions, aux buts recherchés, aux mécanismes d’équilibre et aux pressions vers le changement.  Il observe les modalités de communication, la congruence, le niveau de différenciation et d’engagement au sein du système.  Il s’intéresse au niveau de remise en question permis, à la flexibilité des rôles ainsi qu’à leur degré d’adaptation à l’état actuel du système.

 L’histoire de la famille agit sur l’individu. Cet individu transporte avec lui des valeurs, des émotions et des comportements véhiculés par la famille et ceci depuis plusieurs générations.

 L’intervenant souhaite amener le système-client au prise avec un problème à communiquer sur un nouveau mode et à vivre autre chose.  Il facilitera le décodage adéquat pour que chacun puisse comprendre les autres.  Il favorisera l’expression des émotions, des souhaits, des intentions positives et des efforts fournis.  Il fournira aux membres du système l’occasion de communiquer sur leur façon de communiquer (métacommunication).

C’est pourquoi je vous propose un à deux exercices par jour pour vous initier.

EXERCICE.1 l’agenda relationnel

« le fardeau supporté en groupe est une plume »

les activités et taches de notre quotidien,qu’elles soient uniques ou répétitives ,sont sources de satisfaction ou d’insatisfaction , en fonction de leur fréquence ,de l’intérêt qu’on leur porte ou de la surprise que l’on y trouve.

Prenez votre agenda et relevez vos activités  familiales ,professionnelles ou intimes.

1.Imaginez deux boîtes et inscrivez dans chacune d’elles, les activités qui engendrent de l’ennui ou de la tension.

2.Entre ces deux boites se trouvent maintenant l’ensemble des activités qui sont source de plaisir ,d’intérêt ,de joie ,de surprise …….Prenez quelques instants pour inscrire ces moments qui sont pour pour vous des occasion de vous ressourcer,de manière ponctuelle ou régulière.

EXERCICE.2 le sens des relations

« La seule possibilité de donner un sens à son existence, c’est d ‘élever sa relation naturelle avec tout le monde à la hauteur d’une relation spirituelle. »

Albert Schweitzer

les relations que nous entretenons avec certaines personnes (amis, collègues, confrères, voisins……) nous aident dans la réalisation et l’aboutissement de nos projets car elles soutiennent nos valeurs et nos croyances.

Choisissez quatre personnes de votre entourage, puis répondez aux questions suivantes.

1.Faites un tableau avec Noms et Prénom (ex: Martine),Valeurs partagées (ex: indépendance, liberté) ,Croyances partagées (ex: tout s’arrange au final, tout arrive à qui sait attendre) .

2.Donc, ce qui est important pour moi (valeurs), c’est…

3. Parce ce que je crois (croyance) que…

4. Et tout cela pour pouvoir (finalité)…

5. Et de façon plus large et plus grande pour (finalité plus grande)…

6. Car je pense que ma mission sur terre est de…

Réaliser les projets de vie qui nous tiennent à coeur suppose de s’appuyer sur les valeurs et les croyances qui nous fondent. L’énergie que l’on mettra dans cette construction dépendra en grande partie de notre capacités à nous connecter à un sens plus large (pour qu’elle finalité ?) qui, s’il nous concerne, nous dépasse aussi (c’est l’approche transpersonnelle). C’est à ce niveau que l’on peut parler de mission (qu’elle contribution vais je apporter qui va bénéficier à d’autres humains).

Voici quelques stratégies simples que vous pouvez utiliser pour booster votre estime de soi :
Focalisez-vous sur le positif. Oui, des choses négatives peuvent apparaître dans votre vie, mais vous ne devez pas vous focaliser sur elles. Je suis sûr que vous avez déjà entendu quelqu’un dire : « Ça pourrait être pire… « Eh bien c’est tout à fait vrai ! Alors, à partir de maintenant, prenez la résolution de focaliser votre attention sur tout ce qu’il y a de bon dans votre vie…et il y en a certainement :
Peu importe que ce soit un merveilleux enfant, une épouse adorable ou bien tout simplement, juste le toit que vous avez au-dessus de votre tête ; concentrez-vous sur ce que vous avez de positif et de spécial dans votre vie.
Non seulement allez-vous immédiatement vous sentir bien mieux dans votre situation actuelle, mais vous réaliserez également que toutes ces bonnes choses n’auraient pas pu être possible si vous n’étiez pas là.
Ce que vous ne savez peut-être pas, c’est que vous avez une influence positive sur la vie de plein de gens. En effet, plus vous vous sentez bien, plus vous rayonnez, et plus vous attirez les gens agréables.
Nous devons tous affronter des moments difficiles de temps à autre, autant l’admettre. Gardez à l’esprit que ces événements sont passagers et bien que peu agréables à vivre, ils nous sont nécessaires pour « grandir » et gagner en maturité. Dites-vous que « ça passera », redressez la tête, et allez de l’avant !

Voici ma définition du coaching personnel:

Conversation motivée donnant l’inspiration nécessaire pour s’offrir la vie souhaitée.

Vous avez sans arrêt des conversations (à moins que vous soyez un ermite habitant dans une grotte). Vos conversations sont soient des bavardages pour passer le temps et entretenir des bons rapports avec autrui, soient des discussions aux objectifs précis au cours desquels vous clarifiez des pensées, vous résolvez des problèmes, vous parvenez à des accords et vous vous engagez à prendre des mesures.

Le coaching personnel emploi également le dialogue pour vous mettre sur les bon rails. Lorsque vous vous lancez dans une discussion motivée avec votre coach, qu’il s’agisse d’un professionnel qualifié ou de cette partie de vous même qui joue le coach, vous coupez court à tous les bavardages inutiles et allez à l’essentiel. Vous pous pouvez par exemple répondre aux questions suivantes :

°  Pourquoi agissez vous d’une certaine manière ?

° Quelles ont les croyances à propos de vous-même qui vous empêchent de prendre certaines mesures ?

° Quels choix s’offrent vraiment à vous ?

° Comment procéder pour obtenir des résultats appropriés ?

° Comment garder vous sa motivation ?

Vous ressortez des séances de coaching revigoré, inspiré et prêt à agir.

Le coaching personnel peut vous aider à formuler les questions conduisant à des réponses adaptées à votre cas, ce qui est largement préférable à l’appropriation des réponses données par une tierce personne. Nombreux sont les ouvrages à affirmer pouvoir vous guider vers la formulemagique du bonheur, du succès et de l’épanouissement. Je vais vous guider vers la source de votre propre formule magique. Les réponses ne sont pas « là bas quelque part », vous les avez déjà en vous et le coaching personnel vous montre comment et où les trouver.

 

 

Source: Le Coaching Pour les Nuls